la danse, connectée ou non au caractère sacré et spirituel, est l’un des sports les plus universels de notre Histoire.

La danse est une activité ancestrale et universelle. Artistique, spirituelle, méthodique, cette pratique se retrouve dans de nombreuses civilisations ou peuplades et revêt pour chacun une signification particulière.
Sortie du contexte sacré, la danse est aussi un sport qui peut révéler toute la puissance et la grâce du corps humain, tout en suscitant l’émotion à travers l’accompagnement musical et la gestuelle.

Prenons le temps d’explorer le monde et quelques-unes des danses, traditionnelles ou non, inventées par l’homme à travers les âges pour rendre hommage aux divinités, réjouir les fêtards ou tout simplement révéler la sensibilité artistique de chacun.


1/Russie – Le Khorovod

Khorovod

Le Khorovod est l’une des plus anciennes danses traditionnelles russes que l’on retrouve aujourd’hui dans des spectacles de grande renommée.
Il s’agit d’une ronde de personnes se tenant par la main sur des airs de musique folklorique, tantôt lents, tantôt rythmés.

À l’origine pratiquées en l’honneur du soleil, de grandes représentations furent, par la suite, données à la cour des tsars.

Comme pour de nombreuses danses traditionnelles, le khorovod suit des règles propres à la culture russe. La danse des hommes est emplie de joie, d’humour et du respect des partenaires, tandis que celle des femmes représente la douceur, l’ouverture de l’âme et la dignité.


2/Ukraine - Le Hopak


Apparu chez les cosaques d’Ukraine au XVIe siècle, le Hopak ou Gopak est une danse improvisée, mêlant figures acrobatiques et mouvements rythmés au pas ou en cercle.

Inventée dans un cadre militaire, cette danse symbolise l’audace, la force et la bienveillance du peuple ukrainien.
Devenu très populaire dans les pays slaves, le Hopak a, par la suite, été intégré dans les œuvres des grands compositeurs russes comme Tchaïkovski ou Serov.

C’est une danse très physique qui implique des sauts complexes en hauteur ou en largeur, des accroupissements ou encore des mouvements alliant force et souplesse.


3/Inde – Le Kuchipudi


Le Kuchipudi est une danse traditionnelle indienne mêlant danse pure et danse narrative.

Né dans un petit village de l’état d’Andhra Pradesh, au sud de l’Inde, ce style sacré se fonde sur les préceptes du Nâtya Shâstra, le traité hindouiste des arts dramatiques, vieux de plus de 2000 ans.

Comme dans de nombreuses danses venues d’Asie, les gestes et les expressions du visage racontent une histoire, issue de poèmes ou légendes locales.
Les mouvements des mains, appelés « Mudras », sont codifiés en un véritable langage qui permet aux spectateurs d’appréhender l’histoire qui leur est contée.


4/Thaïlande – Le Khôn


KhônDans le même registre, on retrouve le Khôn thaïlandais, une danse royale mêlant musiques, voix, récits littéraires, à des éléments rituels et traditionnels.
Associé à l’art théâtral masqué, cet art raconte des moments de la vie du héros Rama, incarnation du dieu Vishnu, garant de l’ordre et de la justice.

Cette danse est également porteuse de valeurs comme le respect des aînés, de la hiérarchie et du triomphe du Bien sur le Mal.

Véritable joyau de la culture siamoise, le Khôn a été inscrit, en 2018, au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Beaucoup d’efforts sont déployés pour préserver cet art que les jeunes générations ont tendance à délaisser.


5/Japon – Le Butô


butōL’art du Butô, la danse des ténèbres, apparaît au Japon dans les années 60 dans les sphères sociales d’un pays brisé par la guerre atomique.

Cette danse contemporaine et abstraite a acquis une renommée mondiale en se jouant de l’esthétisme et des conventions.

Davantage apparenté à l’expression corporelle, le Butō présente des danseurs nus et blanchis souvent avec des vêtements en lambeaux et des visages grimaçant qui évoquent, pour beaucoup, la souffrance et la douleur.

C’est une danse controversée qui a su trouver des adeptes, au delà de ses frontières.


6/Etats-Unis – Le Breakdance


breakdanceLe Breakdance est une danse issue des ghettos New-yorkais des années 70, aujourd’hui, très mondialisée.
Cette danse se caractérise par sa complexité acrobatique et ses figures au sol.

Développée dans les quartiers en difficulté, alors agités par des affrontements entre gangs, cette danse de rue a conservé cet esprit de « battles » où deux équipes se défient en essayant d’effectuer des figures de plus en plus complexes.

Ce style est devenu tellement populaire qu’il existe des battles officielles dont la plus connue est la BOTY (Battle of the Year) qui se déroule chaque année en Allemagne.


7/Etats-Unis – La danse du Pow-Wow


Pow-wowLa culture amérindienne reste ancrée dans certaines régions des Etats-Unis et avec elle, la danse du pow-wow conserve son importance, notamment lors de manifestations festives ou lors de compétitions.

Cette danse traditionnelle rassemble différentes tribus amérindiennes pour célébrer les exploits des guerriers de jadis.
Parfois, les danses prennent une dimension plus spirituelle et rendent hommage à l’héritage amérindien en général.

Les chorégraphies sont découpées entre les danses des hommes et celles des femmes, mais peuvent aussi être mixtes.


8/Côte d’ivoire – Le Zaouli


Également inscrit depuis 2017 au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, le Zaouli est une danse populaire pratiquée par les communautés gouro de Côte d’Ivoire.

Véritable danse populaire, le Zaouli se pratique avec un masque artisanal, qui, une fois révélé, rend hommage à la beauté féminine. Chaque pas est effectué par un danseur, porteur du masque, à une cadence rapide et parfois improvisée.

Très important pour les communautés Gouro, le Zaouli est aussi effectué durant les évènements officiels et les périodes de deuil.


9/Tahiti – L’Ote’a


Connue dans le monde entier avec ses costumes colorés et ses vahinés, l’Ote’a est le symbole culturel de la Polynésie À l’origine, défini comme une danse guerrière masculine, l’Ote’a s’est modernisée et évoque aujourd’hui l’un des événements festifs majeurs, dans cette région du monde.

La disposition des danseurs est assez géométrique et, lorsque la représentation est mixte, on retrouve les fameux tremblements de hanches des femmes tandis que les hommes allient des mouvements de jambes et de pieds très rapides.


10/Brésil – La Capoeira

Cia Capoeira João de Barro - Foto: João Ramos / Bahiatursa - https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/legalcode
Les origines de la capoeira sont assez floues, mais l’Histoire s’accorde à dire qu’il s’agit d’un mélange entre art martial et danse guerrière.

Pratiquée par les esclaves au Brésil, il s’agissait, à l’origine, de passer inaperçu durant les entraînements au combat.

Les enchaînements de mouvements, empruntés à des techniques d’arts martiaux, se mélangent à ceux de la danse acrobatique pour laisser place à un ensemble de gestes harmonieux, mais complexes.


                                                  


De nombreuses autres danses mériteraient d’être détaillées mais la diversité des styles et des déclinaisons ne permet pas d’établir une liste exhaustive de ces pratiques. Ce petit tour d’horizon des pratiques à travers le monde, montre que la danse, connectée ou non au caractère sacré et spirituel, est l’un des sports les plus universels de notre Histoire.

Ecrit par linkNsportle 02/05/2019

Articles en relation

Ajouter un commentaire